Gros Dégueulasse ou la lutte du seul contre tous

Le film Gros Dégueulasse n’est pas seulement l’histoire d’un homme sale et odieux. C’est également le récit d’une lutte solitaire contre les normes sociales qui oppressent l’individu et excluent la différence.

gros dégueulasse 2A l’origine, Gros Dégueulasse est un titre de Bande Dessiné (Reiser, Gros Dégueulasse, aux éditions Glénat). Cependant, cet article n’a pas vocation à disserter sur l’œuvre de Reiser en tant que telle mais de discourir sur le film lui-même. Si vous n’avez pas vu ce film, je vous conseille de le voir avant de lire cette analyse, car, ce post en divulgue la fin pour des raisons argumentatives.
A dire vrai, ce film ne comporte pas d’histoire ou d’intrigue classique. C’est davantage une série de scénettes qui se suivent et dont le seul lien est Gros Dégueulasse, le protagoniste principal. Il s’agit tout simplement de suivre l’existence d’un marginal odieux, puant et que l’ensemble de la société s’accorde à détester. Car, Gros Dégueulasse ne se lave pas, il fume en permanence, il boit, il se promène dans la ville en slip kangourou (taché de différentes substances) avec l’une de ses testicules apparentes. De même, il est gros et ses habitudes alimentaires rebuteraient même les accrocs de la junk food . En outre, il agresse verbalement les passants, maltraite les femmes à coups de mains aux fesses, montre ses parties intimes et recourt à différentes formes de duperies pour obtenir ce qu’il veut.
Le but de ce film n’est pas de se moquer de Gros Dégueulasse et de ce que la société considère comme des travers repoussants. Bien au contraire, de mon point de vue, il s’agit de la lutte désespérée d’un homme qui essaie d’affirmer sa différence vis-à-vis de la dictature des normes sociales et des bien-pensants.

gros dégueulasse 1Dès le début du film, on voit un homme vivant dans un immeuble délabré, sale et sur le point d’être détruit. Et, c’est ici qu’habite Gros Dégueulasse. Or, ce dernier, lorsqu’il prend conscience que l’expropriation est proche, demande au chauffeur du tractopelle de sortir ses ordures pour lui. Ici, cette scène d’ouverture est importante car elle marque d’emblée la polosition sociale du protagoniste principal : c’est un marginal dont personne ne veut et dont la société se débarrasserait si elle le pouvait. De plus, elle montre que loin de se cantonner à son statut de victime, Gros Dégueulasse contre-attaque et affiche pleinement son mépris de la société environnante. Bien davantage encore, on pourrait presque penser qu’il est le seul et unique représentant d’une contreculture (oui, je sais que par essence une contreculture ne peut être le fait d’un seul individu, mais passons) et que l’ensemble de ses actions sont destinées à marquer sa différence. Gros Dégueulasse est donc en plein repli identitaire.
gros dégueulasse 3L’ensemble du film est dans la même veine. Gros Dégueulasse se fait par exemple exclure d’un hôtel luxueux parce qu’il répugne la clientèle (qu’il méprise ouvertement). Bon, il est vrai que dans cette affaire, l’homme est coupable de multiples attouchements et d’avoir pénétré dans les toilettes de ces dames. Seulement, il vit seul et ses manières d’être l’empêchent d’apprécier la douce compagnie féminine dont il manque tant. Alors, il se réconforte comme il peut. Ici, le but n’est pas de porter un jugement moral sur ses actions mais de montrer qu’à cause de sa nature intrinsèquement différente et d’un repli identitaire, l’homme est en lutte silencieuse avec le diktat de la société bien-pensante qui édicte des règles et normes sociales si violentes, que, tout individu ne les respectant pas, se voit exclu de cette même société par ostracisme.
Cependant, si elle est sans espoir et empreinte d’une solitude abyssale, toute lutte mène à l’érosion de l’individu, à la fatigue profonde, à la lassitude et à la dépression. On peut ainsi noter que Gros Dégueulasse aspire aux mêmes choses que ses contemporains, puisque, un petit peu après les deux tiers du film, il est en proie à une crise de solitude et, pour se sentir mieux, il est contraint de trouver une couche de bébé souillée et de sentir cette dernière. Rasséréné par l’odeur des déjections enfantines, il peut tranquillement boire une bière et continuer à fumer son éternelle cigarette.

gr deg A partir de cet instant précis, à partir du moment où l’individu en lutte contre la société commence à montrer des signes de faiblesse, trois solutions s’offrent à lui. La première, c’est de continuer la lutte, vaille que vaille. La seconde, c’est le compromis : adopter quelques normes sociales afin de s’intégrer davantage. La troisième, c’est l’assimilation totale. Et, Gros Dégueulasse choisit la première solution, celle du repli identitaire. Celle du combat à mort. Seulement, comme il lutte seul contre tous, ses chances de réussite sont des plus minces, et, pour tout dire, inexistantes.
Aussi, l’issue de ce film est aussi triste qu’inévitable et prévisible. Gros Dégueulasse ne peut plus supporter sa solitude. Et, à la suite d’un long monologue hilarant où il compare son existence à celle d’un haricot blanc dans une boite de cassoulet (NB personne ne se plaint lorsqu’il manque un haricot, en revanche, s’il manque une saucisse…), il met fin à ses jours en se tranchant les veines avec le couvercle de la conserve.

gr degu En définitive, ce film illustre de manière intéressante un certain nombre d’idées. La première, la plus évidente, est qu’un individu seul ne peut changer le monde, à plus forte raison s’il est isolé socialement et sans argent. En d’autres termes, la lutte du seul contre tous est destinée à l’échec le plus cuisant.
La seconde, c’est la mise en exergue presque foucaldienne des pressions sociales qui s’exercent sur l’individu et qui régissent nos comportements, mêmes les plus anodins.
Le troisième et dernier point, c’est que, selon moi, Gros Dégueulasse est l’illustration parfaite de la lutte, plus ou moins silencieuse, des minorités sociales ou ethniques, qui jalonne une grande partie des sociétés occidentales (repli identitaire, assimilation, intégration, ou exil).

Nothoi, le 29 mars 2016

Be the first to comment on "Gros Dégueulasse ou la lutte du seul contre tous"

Leave a comment

Your email address will not be published.


*